close
close

Il est venu, il a vu, il a construit: une maison de rêve sur un coup de cœur

Après seize ans passés dans une maison mitoyenne, Christian Senn a eu envie d’un nouveau départ. Membre du conseil de la commune de Buchs (ZH), il participait au projet de réaménagement de Rafzerfeld. De nouveaux terrains à construire allaient être libérés.

L’idée de construire une maison neuve, plus grande et sans voisins directs était plutôt séduisante. Gabrielle, son épouse, n’était pas vraiment enthousiaste au début: «Se lancer dans une nouvelle construction? Alors que les enfants sont déjà grands...?» Mais, finalement, pourquoi pas? Nous nous sentions à l’étroit dans notre maison mitoyenne. Ses passe-temps prenaient de la place: la moto, la caravane, le bois de chauffage... Un terrain intéressant se libéra enfin dans la Räfzerhalde. Et, grâce à un petit héritage, le projet put prendre forme. Christian Senn acheta le terrain avec droit de construire: il paie un montant défini pour le sol, pour une durée de 99 ans.

La contribution personnelle: avantage ou inconvénient?

Simplicité. Professionnalisme. Efficacité. Voilà, selon les futurs propriétaires, les maîtres mots de la phase de construction. Et rien d’autre. Et comment la maison devait être planifiée et construite fut rapidement clair. Seize ans plus tôt, les Senn avaient déjà construit une maison. Il s’agissait d’une maison mitoyenne en pierre et en bois. Le menuisier se rappelle de la difficile phase de la construction. A l’époque, il voulait participer et travaillait nuit et jour sur le chantier. Cette expérience l’a marqué. «Si je me lance de nouveau dans un projet, je viendrai les mains dans les poches sur le chantier et je ne bougerai pas le petit doigt!» L’attitude de Christian Senn est celle qui paie aujourd’hui. En effet, celui qui fait construire sa maison «clés en main», construit de manière souvent plus économique que le maître d’ouvrage qui contribue en personne au chantier. Seule une personne très habile de ses mains et disposant d’une grande expérience pratique peut s’y essayer. Pour beaucoup, cette envie ne se réalise pas, car, aujourd’hui, chacun est déjà suffisamment occupé par son propre travail et sera rapidement dépassé par le chantier. Des ouvriers coûteux doivent finalement être appelés en renfort, le temps libre ne suffisant pas.

Décisif: le choix de l’entreprise générale

Au moyen d’un programme CAD, Christian Senn a dessiné et planifié la maison de ses rêves avec un grand amour du détail et demandé des devis auprès de différentes entreprises de construction et d’artisans. Mais, pour des raisons de coûts, le projet ne pouvait pas prendre forme. Il se mit alors à la recherche d’une alternative, une entreprise générale qui pourrait se charger de tout, de A à Z. De la première esquisse à la remise des clés, tout devait répondre aux envies et aux besoins des maîtres d’ouvrage. Sans grandes hésitations, le marché fut attribué à Swisshaus. L’entreprise générale peut se targuer de nombreuses années d’expérience et assiste la famille Senn par tous les moyens, afin qu’elle puisse réaliser la maison de ses rêves.

Un petit geste pour l’environnement

L’équipe de Swisshaus fut étonnée de la précision des idées et du projet CAD, très détaillé, des maîtres d’ouvrage. Ils avaient déjà tout planifié, dessiné et pensé, jusqu’aux prises de courant. Une solution parfaite fut trouvée à chaque problème. La forme de la maison était aussi importante pour eux. Tous les deux aiment le style méditerranéen, notamment en termes de couleurs. Leur souhait était de vivre comme s’ils étaient en vacances. Le modèle de maison proposé leur plut aussitôt. Et qui était également idéal pour la parcelle. Pourquoi tergiverser quand on sait exactement ce qu’on veut? Point par point, ils ont passé toute la maison en revue avec Alain Besse, le responsable de projet de Swisshaus. «Les motivations écologiques étaient un défi», explique le maître d’ouvrage. Pas de standard Minergie, mais des collecteurs solaires pour l’eau chaude. Et, naturellement, une pompe à chaleur, une petite contribution à la protection de l’environnement. Pour l’aménagement intérieur, tout se décida également assez rapidement: cuisine, portes, sols et carrelages, le choix fut rapide et efficace. Tout était réglé avant même le début des travaux.

Examiner ce qui se trouve sous le terrain

Avant le début des travaux, un expert de Swisshaus a fait une expertise géologique de la pente et du terrain. Cela permit d’éviter des surprises coûteuses. C’est un principe qui vaut pour la planification: un architecte expérimenté travaillera toujours avec et non contre la pente et planifiera la maison en respectant autant que faire se peut sa situation géographique. En clair, l’art de construire en pente réside dans l’utilisation de ce qui paraît être un inconvénient, mais qui sera un atout. Il y avait beaucoup de rochers sous le terrain des Senn. Les maîtres d’ouvrage savaient donc qu’ils devraient accepter un surcoût. Puis vint le moment du premier coup de pioche ou, plus exactement, de la première sondée de reconnaissance. Il a fallu faire exploser et transporter 250 mètres cube de pierres.

Aménagement intérieur: bien pensé et éprouvé

De nombreux aspects de leur ancienne maison ont été repris. Lesquels avaient fait leurs preuves dans la maison mitoyenne et ne devaient pas être réinventés. Comme par le passé, la salle de bain est équipée de deux lavabos. En revanche, le garage se trouve aujourd’hui sous la terrasse, parfaitement intégré dans la pente. Avant, ils ne disposaient que d’un abri pour la voiture. Au sous-sol, ils se sont de nouveau inspirés de la première maison: les différentes pièces ont été laissées ouvertes pour offrir davantage d’espace, lequel servira peutêtre d’atelier pour des oldtimers ou pour un sauna. A voir. Seules la buanderie et la chaufferie sont fermées. Au rez-de-chaussée, l’entrée ouverte a été modifiée pour agrandir une chambre où se trouve, aujourd’hui, le bureau du propriétaire. Si besoin, la grande cuisine peut être fermée au moyen d’une porte coulissante. De cette manière, les bruits et les odeurs non désirables ne se propagent pas dans toute la maison. Dans le salon, le poêle est une véritable attraction. Le parquet en bois confère une touche raffinée à la pièce et jusqu’à l’étage supérieur. Dans les chambres, un sol en stratifié a été choisi pour des raisons pratiques.

Charmant: le jardin en pente

En août 2010, ils purent passer la première nuit dans leur nouvelle maison, et se réveiller, le lendemain, en s’écriant: «Waouh, nous y sommes!» Mais ils ne dormirent pas beaucoup. «C’est si calme ici. Nous étions allongés et attendions que le train passe. Mais il n’est pas arrivé. Il m’a manqué quelque part», s’amuse Gabrielle Senn. «Mais ce n’est pas un inconvénient », ajoute Christian Senn. Au printemps, ils se lanceront dans le projet «jardin» qui sera planifié sur deux niveaux. Un jour, Christian Senn souhaite distiller sa propre grappa, il a donc besoin de quelques pieds de vigne.

Construire avec Swisshaus – une bonne décision

Le jeu en valait la chandelle, le couple Senn en est aujourd’hui convaincu. Il a particulièrement apprécié que ses idées soient toujours exposées clairement et les coûts, eux aussi, indiqués précisément. Il est également satisfait du déroulement quasi parfait de la construction et de la qualité des artisans. L’ancien menuisier sait, par expérience, qu’il ne va pas de soi de trouver des ouvriers qualifiés, propres et fiables. Christian Senn aime à le souligner: «L’architecte de Swisshaus a toujours pris au sérieux chacune de nos propositions. Cet aspect – en plus du  prix et des références – était une confirmation supplémentaire que nous avions trouvé, dans l’entreprise générale de Saint-Gall, le partenaire idéal. C’était une bonne base pour notre collaboration. Car, finalement, il s’agit de la maison de nos rêves – le nouveau centre de notre vie, et tout est exactement comme nous l’avons souhaité.»