close
close

Une réalité: la maison de nos rêves sur un plateau

Hüntwangen, un village campagnard du district de Bülach, n‘est qu‘à dix minutes de Zurich en voiture. Les pendulaires apprécient de retrouver la tranquillité de la campagne après leur journée de travail.

Dénicher le terrain idéal sur lequel construire la maison de ses rêves, cela s‘apparente à «trouver une aiguille dans une meule de foin», affirme Andreas Leeger. Ils ont finalement découvert leur bonheur au coeur du village de Hüntwangen: 600 m² de terrain attendaient le couple, prêt à se lancer dans l‘aventure passionnante qu‘est la construction de son propre toit.

C‘est parti!

Peu après l‘acquisition du terrain, les maîtres d‘ouvrage ont visité une maison Swisshaus déjà réalisée dans la commune voisine. Les arguments positifs du propriétaire de cette maison de référence ont convaincu le jeune couple de construire avec Swisshaus. Cette décision s’est très vite révélée être la bonne: de l‘étude initiale à la remise finale des clés, chaque étape s‘est déroulée sans accroc.

D‘abord une bonne saucisse «Olma»!

«Ce qui a été déterminant, c‘est que l‘entreprise construit clés en main», souligne Andreas, monteur électricien de profession. Le premier entretien avec l‘architecte et responsable de chantier à Saint-Gall et l‘accord de poursuivre la collaboration ont été entérinés en savourant une bonne saucisse saint-galloise «Olma», au grand plaisir de chacun.

Nos souhaits exaucés!

Lors de l‘étude du projet, à la demande des maîtres d‘ouvrage, les architectes ont associé les éléments traditionnels du modèle de maison Elena aux idées du couple et aux prescriptions de la commune. Relevons que les idées et les souhaits d‘Andreas et de Monika ont toujours passé au premier plan: une cuisine spacieuse et ouverte, mais préservant l‘intimité, une salle de bain propice à la détente, avec une grande baignoire, et offrant suffisamment d’espace ainsi qu’une cheminée de salon diffusant une sensation de confort absolu. Sinon, le projet correspond au modèle Elena et respecte rigoureusement le budget défini. Le résultat est convaincant: à la Winkelstrasse 6 est née une habitation moderne, placée sous le signe du bienêtre, dans un écrin campagnard. Exactement comme Andreas et Monika se l‘étaient imaginé! En six mois seulement, une élégante construction, au caractère intemporel mais résolument moderne, a vu le jour.

Pas l‘ombre d‘un nuage

«Une fois le contrat signé, nous avions hâte que le projet démarre», déclare Andreas Leeger. Le premier coup de pioche est resté gravé dans leur mémoire. Ce moment particulier n‘a pas été célébré que de manière symbolique, avec une petite pelle: Monika a eu le droit de conduire la pelleteuse et de creuser le premier trou dans le terrain. «Sur le chantier, nous avons arrosé l‘événement avec un verre de bon vin», se remémore Andreas. Mais d‘autres instants inoubliables se sont encore succédé. «Au début, nous étions chaque jour sur le chantier; nous n‘arrivions pas à croire que c‘était notre maison qui se construisait», se souvient Monika. Mais passé cet étonnement, au fur et à mesure de l‘avancement des travaux, le futur maître des lieux a aussi eu l‘occasion de mettre la main à la pâte. C‘est ainsi qu‘il a réalisé les installations électriques avec son ancien maître d‘apprentissage. Quant au carrelage en céramique, il l‘a également posé lui-même avec un collègue. L‘ambiance sur le chantier est toujours demeurée collégiale, simple et directe. Les ouvriers mandatés par Swisshaus ont réservé un bon accueil à ce client, tout à ses travaux. Même quand, sans autre forme de procès, il a décidé de sceller lui-même la baignoire dans le mur. Sans rechigner, ses collègues de chantier ont tout organisé et lui ont aimablement prêté main-forte, s‘enthousiasme Andreas, le visage rayonnant.

Puis vint le réveillon

Le temps a très vite passé; ce fut une période ponctuée d‘impressions et d‘heureux instants, dont ils ont gardé un plaisant souvenir. Pierre après pierre, leur maison a rapidement pris de la hauteur. Puis, l‘hiver est arrivé. La «fête du bouquet» a été l‘occasion de réunir, dans le garage, les amis et les artisans, encore avant la première neige. Et vint le réveillon: le moment le plus intense pendant toute cette période de travaux. Eux deux se souviennent d‘avoir trinqué à leur succès mutuel autour d‘une bouteille de champagne, assis dans leur maison encore vide sur des seaux de peinture. «Ce fut un moment plein d‘émotion», ajoute Monika Leeger, profondément remuée par ce souvenir. Contrairement à la remise des clés, où toutes leurs pensées étaient occupées par le déménagement et le nouvel ameublement.

Une maison de rêve à tous égards

«Nous tenions à ce que la cuisine soit spacieuse et ouverte.Nous étions disposés à débourser plus pour satisfaire ce souhait», déclare Monika à propos de leurs réflexions en matière d‘aménagement intérieur.

Il allait de soi que la cuisine devait être de style américain, avec un îlot central et un coin bar. Ce souhait a été exaucé, malgré le coût supplémentaire. Aujourd‘hui, le couple est fier et heureux de sa cuisine, équipée d‘appareils ultramodernes et selon le modèle américain, avec un grand réfrigérateur doté d‘un hacheur de glace et d‘un rafraîchisseur à vin. Le revêtement sombre en granit s‘harmonise aux éléments en acier inox et aux panneaux de bois. Tous deux s‘accordent à dire que leur cuisine est un havre d‘intimité et de confort. Néanmoins, quelle que soit son imagination, il faut se fixer des priorités et un plafond en termes de dépenses, ajoute Andreas. «Chaque fois que nous avons évoqué des extensions, par exemple le passage de tubes supplémentaires, nous avons bénéficié des recommandations de Swisshaus, complétées par des informations sur les prix. Ainsi, nous avons toujours maîtrisé notre budget.» Et il précise encore: «La communication a été efficace, et cela pas uniquement pour ce qui est du budget. Lors de certains retards, notre responsable de chantier a toujours promptement réagi», se plaît-il à relever. La cuisine donne directement sur la salle à manger et le salon, généreusement dimensionnés et avec vue sur le beau jardin. Malgré cette répartition moderne et résolument ouverte de l‘espace, Andreas et Monika se sentent parfaitement à l‘aise, car une cheminée sépare la partie habitat de l‘entrée. «Sa» cheminée, Andreas l’appelle son «fumoir». Le soir, il lui arrive de décompresser en allumant un cigare et en se remémorant les instants palpitants vécus lors de la construction de sa maison.

Des détails qui créent une atmosphère

Le sol au rez-de-chaussée, en dalles de couleur anthracite, est d‘un entretien facile et confère une certaine noblesse aux pièces. Les élégantes torches murales produisent un éclairage d‘ambiance à la montée d‘escalier, ouverte vers l‘étage supérieur. Là, un grand bassin «wellness» invite à la détente avec une ouverture vers le haut dans la pente du toit, une baignoire d‘angle et des rebords en forme d‘escalier. Là également, les dalles anthracite dégagent une atmosphère empreinte d‘élégance. Les bougies orange apportent une note de couleur et laissent augurer des soirées romantiques. En lieu et place d‘une chambre d‘enfant, on trouve un dressing avec de spacieuses armoires blanches, des miroirs descendant jusqu‘au sol et un parquet stratifié en bois, facile d‘entretien. Pratique, le couloir ouvert mène directement à la chaleureuse chambre à coucher. Un petit balcon avec des chaises de jardin en fonte et des tables de bistrot relie les deux chambres. Le grand bureau est à la fois un endroit pour s‘isoler et une chambre d‘amis. Le sous-sol offre un espace d‘habitation supplémentaire. Nos deux amateurs de sport y ont réalisé une sorte de «taverne» avec éclairage mural et vue sur la mer, aménagée en salle de fitness avec sauna. Tout à côté se trouvent la buanderie et le local technique. Une pompe à chaleur air/eau permet de réduire les frais d‘énergie et assure une agréable atmosphère dans toute la maison. Dans le grand double garage, à côté des emplacements de stationnement repérés par une signalisation routière, un sol en bois stratifié donne l‘impression de se trouver dans une chambre ordinaire. Des parois rouges, des armoires blanches avec des miroirs, derrière lesquels se trouve le paradis des chaussures de la maîtresse de maison, et trois grands posters encadrés confèrent une atmosphère particulière à ce lieu.

Tout loisir pour rêver

Et de quoi rêvent nos heureux occupants dans la maison de leurs rêves? «A notre prochaine Swisshaus. Le modèle Kira me plairait bien», avoue Andreas en riant. Et, s‘il devait de nouveau construire, il ferait exactement comme cette fois. Et avec la même entreprise générale: Swisshaus.

«La maison de nos rêves: une oasis pour s’isoler et se ressourcer.»

Andreas und Monika Leeger